Toujours en passant

Publié le par Mordax

Un petit mot en passant sur la colo que j'anime actuellement ... ouah.

 



J'aime écrire, j'ai besoin de mettre les choses sur papier, ou sur clavier. Et là je sature. Trop de choses à dire, un besoin énorme de parler d'ici. Tant de choses à dire.

 



Par ou commencer ? Première expérience d'animation, bien sûr des difficultés au quotidien, ma peur de l'inconnu ne m'aide pas, mais malgré tout j'aime.
Sans aucun doute, cette colo restera toujours "ma première colo". Ca fait penser au film "Nos jours heureux" dans lequel un directeur de colo (joué par Jean-Paul Rouve) raconte à quel point une colo a pu changer sa vie. Non bien sur je n'irai pas jusque là mais "ma première colo" est réellement riche en émotions nouvelles.

 



Je pourrais commencer par parler des enfants déjà. Des rencontres très agréables, amusantes, boulversantes, inoubliables encore pour d'autres, Simon, Jean, Nicolas, David, des prénoms gravés pour longtemps.
Ils viennent tous avec leurs lots d'histoires et viennent le temps de quelques jours croiser notre chemin, mais quels jours.




J'ai peut-être l'air totalement stone là, mais d'une part il est une heure du matin, d'autre part les deux dernières journées ont été riches en émotions. Beaucoup de sourires, de fous rires, de larmes et de gros chagrins à consoler ces derniers temps. De mon côté, bien des sourires, quelques fous rires et même quelques larmes d'émotions. C'est incroyable tout ce qu'on apprend ici, en quelque sorte coupés du monde extérieur, toute notre vie urbaine quotidienne parait incroyablement superficielle et nos problèmes bien petits comparés à ce que certains jeunes portent comme lots d'injustices.

 


Même si je me sens changer au travers de ces nouvelles responsabilités, je sais que le retour à mon habituelle vie lilloise/lyonnaise (d'ailleurs j'adore quand les gamins me demandent ce que veux dire ce qui est marqué sur mon tshirt "Parole de Ch'ti" en arrivant au réfectoire !) fera s'éclipser cette ferveur, d'où ce besoin d'écrire pour garder une trace.



Aujourd'hui ou hier encore, l'un d'eux m'a prise dans ses bras, puis m'a laissé le consoler, puis m'a même limite fait pleurer (on avait bien l'air con là à pleurer tous les deux!) L'autre m'a beaucoup fait rire et je suis maintenant bien plus proche de lui que je ne l'étais ce matin. Un troisième m'a émue par son histoire et son regard, son triste regard vert tacheté de brun, en racontant tout ça je ne pourrai l'oublier.


 


En ayant choisi l'animation, je ne savais pas exactement ce que j'y cherchais. Plaisir d'animer une activité, d'encadrer des enfants, de participer à un travail d'équipe. Non. Je sais maintenant pourquoi dorénavant l'animation me plait : pour tout ce que nous donne les enfants. Parce que ça vraiment ça, c'est magnifique.

Publié dans The Mordax show

Commenter cet article

emy 24/07/2007 15:03

Nostalgie...d'habitude a ce moment la,je suis miss camping du centre^^et j'y ai mes meilleurs souvenirs (les pires aussi,malheureusement).bon courage.

MiniFoK 13/07/2007 03:11

Peut etre moi qui t'as lancé vers l'animation... (J'ai meme pas était pris...snif...:( )Sinon je te comprend parfaitement, les consolation, les fou rire, les crises de nerf, les tentative d'emerger, etc...Accroches toi, tu ne fais que 2 semaines toi, et on te demande pas la meme chose que moi.Bisous

Malak 12/07/2007 11:41

Mince alors, ça me fait plaisir pour toi ! Et pour moi accessoirement, vu que si t'as un coeur tu pourras pas finir maîtresse du monde... Mais bon je consentirai éventuellement à te nommer ministre de la jeunesse mondiale.Hm, plus sérieusement, tant mieux si tu y trouves ce qu'il te faut. Dieu sait qu'on a tous besoin de dépaysement et de relativiser de temps en temps. Il y aurait sûrement moins de conflits et de guerres si on faisait tous ça.Bon je te laisse, c'est bientôt l'heure de ma série préférée et ma soeur va encore essayer de s'approprier la télécommande.