"La chrysalide est devenue papillon"

Publié le par Mordax

Voilà ce que j'ai finalement raconté au mariage de ma sœur...





Guillemette, quand mon voisin de palier est passé me voir il y a quelques jours, je lui ai dit avoir du mal à trouver les mots justes pour ce discours. Il a essayé de m’aider et m’a conseillé de commencer par du lourd genre « ma sœur adorée chérie, je t’adore fort ». Mais ça faisait très classique et surtout impersonnel, autant taper « discours mariage » dans Google, donc j’ai cherché des mots justes qui correspondaient vraiment à ce que je voulais te dire.


Guillemette, la première fois que je t’ai vue en robe de mariée lors d’un essayage il y a un mois, j’ai instantanément pensé « Merde ! Qu’elle est belle ! ». Heureusement je l’ai pensé hein, pas dit tout haut – non imagine la tête de Maman sinon. [Là, quand a retenti un franc éclat de rire général, je me suis dit que je n'avais jamais fait marrer autant de monde en même temps]



Quoiqu’il en soit, j’étais admirative, mais finalement je crois que c’est tout au long de notre enfance que je t’ai admirée car une grande sœur est bien le meilleur exemple que l’on puisse avoir.


Aujourd’hui encore, un exemple pour moi tu en es un car je sais que tu as fais le bon choix, que Bertrand est bien celui qu’il te fallait, celui qui t’as rendue heureuse ces dernières années et qui le fera encore dans le futur, je lui fais entièrement confiance là-dessus.


Sache d’ailleurs que je suis plus qu’honorée d’être parmi tes témoins et ai été très touchée que tu m’aies choisie. Tellement que je l’ai sûrement dit à tout ceux que je côtoie chaque jour, tu as donc les félicitations et vœux de bonheur de bon nombre d’étudiants en chimie de Lyon 1 !

 


Et finalement, les mots de mon voisin n’étaient peut-être pas si mal trouvés, car il est vrai ma grande sœur que je t’aime fort.

 

 

 

 

Quant à toi Bertrand, quand j’ai dit à des amis que ma sœur se mariait, certains m’ont répondu « Ouah la chance tu vas être belle-sœur, et ton beauf il est comment ? »

 


C’est pas joli joli comme mot beauf. Même si officiellement c’est le raccourci de « beau-frère », officieusement ça fait plutôt le ringard qui raconte des blagues pas drôles aux repas de famille – ça je te mets au défi d’essayer – ou alors le Marcel qui recouvre les sièges de sa Citroën avec de la peau de croco synthétique. Non vraiment, ça ne te ressemble pas.

 


Alors, à tout ces amis qui me demandaient comment tu étais, je leur ai dit que mon beau-frère n’était pas un beauf, que tu étais quelqu’un de charmant, adorable et que finalement, depuis le temps que tu rends ma sœur heureuse, tu n’étais pas tout à fait devenu mon propre frère – non parce que deux frères c’est déjà beaucoup – mais pas loin. Et sincèrement, je suis ravie de t’accueillir et te compter, maintenant officiellement depuis vos fiançailles, dans ma famille.






Il parait que j'ai dit ce que mon père aurait voulu dire.

Il parait que j'ai étonné les gens en balançant ce gros « merde ». C'était déjà plus soft que "putain".
Il parait que j'ai étonné les gens. Surtout ceux qui me voyaient comme l'éternelle petite dernière de la famille et qui ont réalisé que j'avais grandi.

Il parait que ma mère était fière de répondre que je souhaitais être journaliste quand les gens venaient me féliciter ... car même elle a aimé.


 

Quant à moi, je n'avais jamais lu un texte écrit moi-même devant 200 personnes, je ne m'attendais pas à avoir de si bons retours, ni même les encouragements de mon propre frère (car c'est bien ce qui compte la famille) : je me suis fait plaisir.

Publié dans Perso

Commenter cet article

PO 05/05/2008 21:53

salut la Marie!Je sais je laisse pas souvent de commentaires, mais là t'es bluffante sur ce coup.Je pense qu'il ta fallut du temps qu'il ta fallut pour rédiger ceci, mais tes talents de rédactrice t'ont bien aidé. :)Je passe à Lille ce week end, donc hésite pas à passer aussi si tu peux. :)) 

Jess 07/04/2008 17:11

Vraiment magnifique le texte... Je sais pas si tu vas le prendre comme un compliment mais c'est exactement le genre de discours que tu verrais bien dans Friends. Drôle, décalé et touchant. Bravo !