4 murs et 1 toit

Publié le par Mordax




Voilà deux-trois mois qu'il ne devait plus être notre et pourtant, mi-octobre, j'y retournais encore : aujourd'hui, mon appartement, celui où j'ai grandi, où ma famille a vécu, attend d'être vendu.


J'y ai passé quelques jours, seule, forcée de constater que l'esprit joyeux qui y régnait depuis plus de 15 ans s'éteint.

Les étagères sont nues, derrière les portes les placards se vident, les rideaux sont fermés. Ca manque de livres, de feuilles, de bibelots, de photos, de pulls et de chemises qui traînent. Dans les chambres les murs laissent apparaître la tapisserie après avoir supporté d'innombrables affiches et cadres. Dans la cuisine, aucune miette de pain ou de plaque de chocolat entamée. Le stock de pâtes nécessaire aux retours de soirées ou aux repas entre amis a été terminé.



La grande table du salon n'est plus qu'un bête support en bois sur quatre pieds et non plus le centre de tous les repas, toutes les conversations, disputes ou bonnes nouvelles.
Il y aura eu tant de monde autour ; de la famille plus ou moins proche ; eux - quand elle était enceinte, quand ils étaient en vie ; des amis, certains maintenant perdus de vue ; des associés ; de la belle famille.
On y aura fêté un nombre incalculable d'anniversaires, quelques Noëls, un repas de fiançailles ; servant même de buffet pour quelques réunions de familles ou soirées au temps du lycée.

Aujourd'hui, plus personne ne s'assoit autour. C'est redevenu juste une table en bois.



Cet appartement en vente maintenant ressemble à une maison témoin. Trop propre. Ca manque d'éclats de voix, de musique trop forte, de téléphone qui sonne, d'odeur de cookies sortis du four, de morceaux de piano imparfaits, de linge propre en train de sécher, de nouvelles photos, de fleurs sur le balcon, de fenêtres grandes ouvertes dont les rideaux dansent dans le vent.



Plus rien. On n'y entend plus rien. Tout est figé. Plus un bruit, plus un mouvement.




[...Dernier retour ce vendredi]

Publié dans The Mordax show

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eowann 18/12/2008 00:50

tu sais que ce serait parfais comme poème?C'est très tristemes grands-parents hesitent à vendre leur maison, mais qu'on je pense à tous les souvenirs que j'y ai, je me lamente