La brique rouge, les chicons, les terrils.

Publié le par Mordax

Il y a des habitudes qui restent, et sont dures à effacer. Il y a des petits gestes anodins, mais pourtant lourds de sens.



Effacer le numéro « maison Lille » du téléphone portable. Un peu comme effacer le numéro d’un proche disparu.

Cesser d’avoir le réflexe « je sais plus où j’ai mis ce bouquin, il doit être à Lille. …… Enfin non. »

Se rappeler qu’on n’y habite plus.

Afficher un sourire forcé devant les lointaines connaissances qui s’extasient « alors ! Tu rentres quand à Lille ?! » ou « j’y monterai peut-être cet été, je passerai te voir ! ». Répondre un vague « ouais » plutôt que de rentrer dans les détails.

Entendre parler d’événements comme Lille 3000 et penser que ça ne nous concerne plus à présent.

Continuer de lire la rubrique Lille du site 20 minutes pour voir tous ces noms familiers.




Se dire qu’on ne rentrera plus dans 3 ou 4 semaines comme à l’accoutumée, mais dans quelques mois éventuellement.

Ecouter chanter Les Blaireaux avec un léger pincement.

Ignorer les invitations collectives sur Facebook d’anciens camarades de classe, qui font un concert dans un café, qu’on aurait adoré revoir, pour constater le changement et refaire connaissance.

Regretter de ne plus avoir ses meilleurs amis habitants dans le même quartier, ou un peu plus loin. Penser que les plus simples soirées autour d’une table et quelques bières étaient les meilleures. Avoir peur qu’ils ne vous oublient.

Chercher le dimanche matin sur les étals des marchés, de vieux livres sur le Nord, le Pas de Calais, la Picardie. Feuilleter des tas de cartes postales anciennes à la recherche d’un nom, d’un monument ou d’un paysage connu et rassurant.





Et puis reprendre le quotidien, trouver une légèreté et un réel plaisir aussi à voir ses amis d’ici, réaliser qu’un endroit est devenu familier, voir l’avenir et ses nouveautés. Se dire que tout continue. Et puis qu’on y retournera. Qu’on les aime toujours autant. Que les bonnes habitudes ne seront pas perdues. Et puis qu’un jour peut-être, l’histoire reprendra là-haut, qui sait.

Publié dans The Mordax show

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

herbie 19/01/2009 10:43

??!!??On s'absente quelques mois/semaines de la vie normale et que voit-on ???Qu'est ce qui s'passe ??