Ne le dis à personne

Publié le par Mordax



Ne le dis à personne, raté lors de sa sortie en salle, j'étais bien contente grâce aux Césars que quelques cinémas le rediffusent puisque rappelons-le ce film a obtenu le César du meilleur acteur pour François Cluzet, et du meilleur réalisateur pour Guillaume Canet.

Le synopsis : Alex et Margot sont amoureux, heureux. Mais un soir, alors qu'ils passaient la soirée ensemble, Margot se fait enlever et est retrouvée morte. Alex lui est assomé, perd connaissance et se réveille à l'hôpital.

8 ans après, Alex a poursuivi sa vie, toujours avec le souvenir omniprésent de Y et de son meurtre inexpliqué. Il reçoit alors un mail contenant une vidéo filmée en temps réel, montrant Margot regarder la caméra ...

J'en pense : Enfin ! Depuis le temps que je voulais le voir !

Réellement pas déçue, le scénario est fidèle au roman d'Harlan Coben, le tout dans un rythme rapide, pas le temps de s'ennuyer avec la réalisation de Guillaume Canet si ce n'est juste un petit petit bémol sur la scène de la poursuite d'Alex qui s'éternise un poil, mais ça c'est peut-être aussi le fait d'avoir déjà vu deux autres films dans l'après-midi qui m'avait un peu crevée :-) . La caméra nous montrant l'aspect de l'histoire du point de vue d'Alex, le spectateur est autant dans l'inconnu que lui et ce jusqu'aux révélations finales, d'où le suspense du film.

Pour les acteurs, rien à redire, André Dussollier et Kristin Scott-Thomas sont nickels comme d'habitude, on est bien content de revoir Marie-José Croze, peu vue depuis Mensonges et Trahisons et finalement François Cluzet mérite bien son césar, Guillaume Canet également cela va sans dire.

Le + : La BO de -M-

Le ++ : La scène de la traversée du périphérique.






23 Mars 2001 : En entrant dans l'atmosphère, la station Mir se désintègre, ses débris sombrent dans le Pacifique.

Publié dans Cinéma tchi tcha

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article